Une cérémonie qui n’attire pas la foule

Chaque année nous nous répétons, il n’y a pas un engouement démesuré dans notre village, pour la commémoration de la fin de la guerre d’Algérie…c’est le moins qu’on puisse dire. Pourtant près de 25 600 militaires français sont morts et 65 000 blessés. Les victimes civiles d’origine européenne dépassent les 10 000. Ce n’est pas une “petite” guerre comme on pourrait le croire. S’y ajoute le fait que jamais, depuis 1962, une date commémorant la fin de la guerre d’Algérie ne s’est imposée. Le 19 mars, jour d’entrée en vigueur du cessez-le-feu en Algérie ? Le 1er juillet, date de la reconnaissance de l’indépendance algérienne par la France ? Le 3 juillet, jour marquant le transfert de la souveraineté à l’Algérie ? Polémiques et querelles n’ont cessé depuis 1962 sur le choix d’une date commémorative.

En 2012, le président de la République François Hollande, choisit quant à lui le 19 mars comme ” journée nationale du souvenir et du recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc “.  Alors que faut-il faire pour que chacun trouve naturel de se remémorer ce passage tragique de notre histoire ?  Certainement faire un effort personnel et collectif pour participer, et peut être donner à l’organisation de cette cérémonie un peu plus de consistance.

 

Photos

Lien Permanent pour cet article : https://www.allenjoie.fr/2019/03/21/un-ceremonie-qui-nattire-pas-la-foule/

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiee.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.