Epilogue d’une occupation illégale

caravane

L’occupation illégale du stade de football par des gens du voyage a fait l’objet d’un premier article. Aujourd’hui le stade est redevenu ce qu’il ne doit pas cesser d’être : un terrain de sport, pas une aire de remplacement des aires dédiées de PMA (Pays de Montbéliard Agglomération). A ce sujet la commune se réserve le droit d’interpeller la communauté d’agglo, compte tenu de la dégradation partielle du terrain et des contraintes uniquement imputées à notre commune. Un contact téléphonique est réalisé ce jour avec la commune de Vieux-Charmont, et son maire, qui ont eux-aussi très récemment subi de plus lourds préjudices liés à la même situation.

Ceux qui pensent qu’il est facile d’interdire l’accès ou d’expulser “manu militari” les gens, n’ont jamais été en situation de responsabilité sur ce sujet.

La chronologie des faits montre que la marge de manœuvre est faible pour les élus de terrain. Six caravanes forcent l’entrée du terrain de football et s’installent. Doit-on rappeler que nous avons déjà blindé le coffret EDF qui servait d’alimentation à chaque venue de ces gens ?  Doit-on rappeler que c’est la commune qui a pris en charge ce travail ? Qu’importe ! Ils tentent de se brancher sur l’alimentation de l’antenne 4G appartenant à Orange. A ce sujet le Maire a déjà interpellé l’opérateur pour qu’il verrouille cette alimentation comme NOUS l’avons fait pour le coffret EDF. De ce fait nous acceptons provisoirement de les brancher sur le réseau APRES le compteur électrique moyennant un dédommagement lors de leur départ.

Pour l’eau ces personnes avaient déjà repéré l’alimentation extérieure dont la vanne d’arrivée n’avait pas été coupée. Ensuite la commune, prenant ses responsabilités, dépose une demande d’expulsion par courrier au Préfet le Vendredi 3 Août, celle-ci est validée par la préfecture le 8 Août. Envoyée par mail et le secrétariat étant fermé pour cause de congés annuels, nous ne la validons que le 10. Nous procédons à l’affichage en Mairie et sur la porte des vestiaires du Club, et nous remettons l’arrêté aux intéressés le même jour. Là encore après avoir alerté les sous-traitants Gestionnaires de PMA, nous apprenons que c’est la gendarmerie qui doit remettre l’arrêté d’expulsion aux intéressés. Un nouveau problème surgit alors, la gendarmerie affirme n’avoir pas reçu officiellement l’arrêté concerné…. il arrivera le Samedi 11 et dans la foulée, les gendarmes signifient aux gens du voyage qu’ils doivent quitter le terrain sous 24 heures. Ce sera chose faite le Dimanche à 18h00 alors que c’était initialement prévu à 15 heures. La Commune est représentée par le Maire et un adjoint lors du départ, ce départ est un peu houleux compte tenu des propos et de l’attitude de plusieurs personnes à notre égard.

Cela fait trois ans que nous gérons une situation invasive par les gens du voyage, jamais nous n’avons eu à faire à un tel comportement. Pour éviter qu’ils ne reviennent, nous prendrons des mesures pour que l’accès au stade soit impossible pour les caravanes. Nous verrouillerons la possibilité de se brancher au réseau d’eau et redemanderons à Orange de verrouiller l’accès à l’alimentation électrique de l’antenne mobile. Il nous reste à interpeller PMA afin que la commune ne soit pas la seule à supporter les errances logistiques des aires dédiées du Pays de Montbéliard. La dégradation partielle du terrain (tassement pour cause de roulage fréquent des véhicules) ainsi que la gestion des déchets, et les dépenses eau/énergie ne peuvent pas être à charge de notre commune, nous serons inflexibles à ce sujet. Nous communiquerons à ce sujet dès que des évènements nouveaux se feront jour.

Quelques photos de l’état du stade après le séjour prolongé :Cliquer sur l’image pour agrandir

 

Lien Permanent pour cet article : https://www.allenjoie.fr/2018/08/13/epilogue-dune-occupation-illegale/

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiee.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.